Francuska ambasada u BiH: Francuska i Bosna i Hercegovina u borbi protiv ilegalne trgovine umjetninama (Bos/Fra)

Francuska ambasada u BiH: Francuska i Bosna i Hercegovina u borbi protiv ilegalne trgovine umjetninama (Bos/Fra)
Septembar 30 12:52 2016 Printaj ovaj članak

Francuska ambasada u BiH, CEST FBiH i CPKU organizovali su seminar u cilju jačanja sredstava za borbu protiv krijumčarenja umjetninama.

img_2460img_2461

 

Ambasada Francuske u BiH, Centar za edukaciju sudija i tužilaca Federacije BiH (CEST F BiH) i Centar protiv krijumčarenja umjetninama (CPKU) organizovali su 28. septembra 2016. seminar o ilegalnoj trgovini umjetninama.
U ovom događaju su također učestvovali Ministarstvo civilnih poslova BiH i UNESCO.
Seminar od 28. septembra omogućio je sudijama, tužiteljima, policiji i državnim službenicima u BiH i Federaciji, bolju pripremu za borbu protiv ovih kriminalnih radnji. Predstavnica francuskog ministarstva unutarnjih poslova (Centralni ured za borbu protiv krijumčarenja kulturnim dobrima iz Pariza) predstavila je svoju ekspertizu bh. službenicima u vezi sa pristupom i instrumentima koji se koriste u Francuskoj.
Krijumčarenje umjetninama zauzima treće mjesto, iza trgovine drogom i oružjem, po profitu koji se ostvari. 6,3% svjetske ilegalne trgovine umjetninama zastupljeno je u Jugoistočnoj Evropi.
Od 1992. godine u Bosni i Hercegovini ukradeno je nekoliko hiljada umjetnina, kao npr. portret Meše Selimovića autora Ismeta Mujezovića koji je ukraden iz Međunarodne galerije portreta u Tuzli.

Lutte contre le trafic d’œuvres d’art : La France et la Bosnie-Herzégovine s’engagent

Organisé par l’Ambassade de France, le CEST FBiH et CPKU, un séminaire a renforcé les moyens de lutte contre les trafics d’œuvres d’art.

Le 28 septembre 2016, l’Ambassade de France, le Centre de formation des juges et procureurs de la Fédération de Bosnie-Herzégovine (CEST F BiH), et le Centre contre le trafic d’œuvres d’art (CPKU) ont organisé un séminaire de formation contre le trafic d’œuvres d’art.

Cet événement a également associé le ministère des Affaires civiles de Bosnie-Herzégovine et l’UNESCO.

Le séminaire du 28 septembre a permis à des juges, procureurs, policiers et fonctionnaires de l’Etat et de la Fédération, d’être mieux préparés pour lutter contre ces trafics. Une responsable du ministère français de l’Intérieur (Office central de lutte contre le trafic de biens culturels) avait fait le déplacement depuis Paris pour apporter son expertise aux fonctionnaires bosniens au regard de l’approche et des outils développés en France.

Le trafic d’œuvres d’arts est considéré comme le le troisième le plus important en termes de chiffre d’affaire après les trafics de drogues et d’armes. 6,3% du trafic mondial d’œuvres d’art a lieu en Europe du Sud-Est.

En Bosnie-Herzégovine, depuis 1992, plusieurs milliers d’œuvres d’art ont été pillées, comme par exemple le portrait de Meša Selimović par Ismet Mujezinović, volé dans la Galerie Internationale des Portraits de Tuzla.